La Corée,  Podcast

Que visiter à Séoul, la capitale historique de 600 ans ?

Je suis très heureuse de vous présenter Séoul (서울), ma ville natale où je suis née et ai passé toute ma jeunesse.

 

Séoul en chiffre

 

Commençons par le récapitulatif. Séoul est la capitale de la République de Corée située entre deux dragons asiatiques : la Chine et le Japon. Je vous précise cela car j’ai été étonnée par l’ignorance de certains européens. 9,76 millions d’habitants sur 605K km², cinq fois plus grand que Paris au niveau de la surface (105K km²) et de la population (2.14 millions) selon les statistiques de 2019.

Il y a QUARANTE QUATRE forêts, non « montagnes » dans ou autour de Séoul comme Bukan-san (북한산), Dobong-san (도봉산) , Guryong-san (구룡산), Surak-san, pas Seorak-san (설악산이 아니라 수락산), Gwanak-san (관악산), Cheong-gye-san (청계산), etc. Si vous voulez connaître les noms de toutes les montagnes qui touchent Séoul, consultez ce lien. « San » veut dire une montagne.

Du coup pour les randonneurs, Séoul est une ville véritablement merveilleuse ! Mon père faisait une randonnée en montagne tous les matins. Une anecdote : après être arrivée en France, j’ai découvert la notion de « forêt ». Comme j’ai grandi dans un pays dont 70% du territoire était montagneux, pour moi la montagne était la forêt.

Bukansan est la montagne la plus haute de Séoul. Photo: Pixabay @Kimdaejung

 

Le fleuve qui traverse Séoul s’appelle Han, donc on l’appelle le fleuve Han en français ou Hangang en coréen. Han, en coréen natif, signifie grand. Sa longueur est 494 km. Sa largeur est plus ou moins de 1 km, cinq fois plus large que la Seine (30 à 200 mètres).

 

Le fleuve Han traverse Séoul. Photo: Pixabay @manuzoli

Le plus haut gratte-ciel de Corée du Sud se trouve à Séoul : la Lotte Super Tower 123 (555 mètres). D’ailleurs c’est le cinquième plus haut gratte-ciel au monde. La tour de Namsan s’élève à 236.7 mètres. Si on compte l’altitude de Namsan, elle est à 479.7 mètres de haut.

Séoul est la septième ville dont le coût de la vie est le plus cher au monde, à égalité avec New York et Copenhague selon l’étude du cabinet britannique Economist Intelligence Unit (EIU).

Lotte Super Tower 123 (555 mètres) Photo: Pixabay @cmmellow

Séoul dans le temps

 

Maintenant parlons des dates historiques. C’est depuis 1394 que Séoul est positionnée comme la capitale de la péninsule. Mais ce n’est qu’en 1945 qu’elle s’est appelée Séoul. Pendant les derniers 500 ans elle s’est nommée Hanyang (한양) sous la dynastie Joseon. Yang signifie « clair, radieux » comme vous le connaissiez dans la philosophie Yin et Yang. Ah ha ! 😉

Originalement Séoul est une appellation qui signifie « une capitale » en coréen natif ancien. Par exemple Paris est le séoul de la France, Washington, le séoul des Etats-Unis, et Hanyang est le séoul de Joseon.

A la fin du royaume Goryeo (고려, de 918 à 1392), YI Sung-gye (이성계) a fondé Joseon et a oppressé le bouddhisme qui était la religion nationale de l’ancienne dynastie. Je vous ai parlé de Goreyo dans un de mes anciens articles : 4 choses à savoir sur le nom et le prénom coréen ! Je me suis présentée en tant que la descendante de JEONG Mong-ju, le dernier Premier ministre de Goreyo. Par ailleurs ma mère est la descendante de YI Sung-gye. ^^v Bref, le fondateur de Joseon a instauré le confucianisme à la place du bouddhisme. D’ailleurs il avait besoin d’une nouvelle ville comme capitale pour la nouvelle dynastie et a muri une réflexion basée sur le Feng shui  ou Fengshi (풍수, 風水 pour les coréens et 风水, les chinois).

Le Feng shui est l’art asiatique qui permet de choisir un bon terrain pour construire une maison pour les vivants ou pour enterrer les morts, une tombe. Je n’en connais pas le détail. Selon cette technique, le terrain de la capitale doit être un grand espace plat, ensoleillé et être entouré par quatre montagnes. Il doit avoir une rivière au sud.

A Hanyang il y a Bugaksan au nord (북한산, voir l’image ci-dessus), Namsan (남산) au sud, Naksan (낙산) à l’est et Inwang-sans (인왕산) à l’ouest. De plus un grand cours d’eau passe devant le terrain du côté sud : le fleuve Han. Selon le Feng shui, c’était parfait pour être la capitale de la nouvelle dynastie. D’ailleurs c’était déjà une grande ville près de Gaesung (개성), la capitale de Goryeo, qui est actuellement en Corée du Nord.

Vu son histoire, Séoul a deux visages : ancien et ultra moderne. Autrefois Hanyang était beaucoup plus petit que Séoul. Précisément Hanyang n’était que la partie de nord de Séoul. En voici une preuve : Namdaemun (남대문) était le portail du sud de Hanyang. Littéralement nam signifie le sud, dae veut dire grand et mun, une porte. De même, Dongdaemun (동대문), un des lieux très recherchés par les touristes, était le portail de l’est et cela est l’origine de son nom. Dong signifie l’est, dae, grand et mun, une porte. 😊

 

Namdaemun. Photo: Pixabay @storypacker

 

Deux axes de Hanyang

 

Analysons la géographie de Hanyang. Il y a deux grands axes pour mieux comprendre l’urbanisme de Hanyang.

Suseonjeondo, la carte ancienne de Hanyang dessiné par KIM Jeong-ho en 1892

 

L’axe politique

Le premier commence de Bugak-san, traverse Gyeongbokgung, un grand boulevard, croise Jongno et finit à Deoksugung. Gung signifie le palais royal. Cet axe vertical (nord-sud) est politiquement et administrativement important.

Gyeongbokgung est le palais royal principal parmi les cinq palais royaux dans Hanyang. Parce que c’était ici où le roi a travaillé et accueilli les VIP étrangers. Taejo, le nom de YI Seung-gye en tant que roi, l’a construit après son avènement. Tous les bâtiments administratifs ont été sur cet axe.

Gyeongbokgung sous la neige en hiver. Son portail sud s’appelle Gwanghwamun. Photo: Pixabay @leegenhyung

 

Actuellement la Maison Bleue et l’Hôtel de Ville de Séoul sont situés sur cet axe. La première est derrière Gyeongbokgung et le Président coréen y séjourne et y travaille. Il y a également le Central Governement Complex, l’ambassade des Etats-Unis, l’ambassade de Finlande, l’ambassade du Royaume Uni et l’ambassade du Congo.

Le nom de portail sud du palais Gyeongbokgung s’appelle Gwanghwamun. Il a trois portes. Celle du milieu servait uniquement pour le roi. La largeur du boulevard en face de Gwanghwamun est remarquable : 100 mètres de largeur, avec 12 chaussés aujourd’hui. C’est le plus large en Corée du Sud ; il est même plus large que l’avenue des Champs Elysées à Paris (70m). Ce qui est encore étonnant est que cette largeur n’a pas changé depuis la naissance de la capitale de Joseon. Imaginons. Par rapport à la taille de la ville, cette largeur était démentielle.

Hanyang en maquette : le défilé du roi vers Gyeongbokgung. Des deux côtés du défilé se trouvent les bâtiments administratifs. Image captée d’une vidéo sur YouTube

Au milieu des 12 chaussés il y a deux statues des personnages historiques qui sont les plus remarquables dans l’histoire de la Corée du Sud : Séjong le Grand et le général YI Sun-sin. Séjong le Grand a inventé le Hangeul, l’alphabet coréen unique au monde, en 1443. YI Sun-shin est un héros qui a sauvé Joseon contre l’attaque du Japon en XVIe siècle. Pendant la guerre d’Imjin, Gyeongbokgung a été détruit à cause d’un incendie. Joseon a fermé sa porte au Japon jusqu’à ce que Shogunat Tokugawa lui fasse un geste de paix : envoyer la délégation culturelle Joseon Tongsinsa.

Devant le statut de Séjong le Grand

La place de Gwanghwamun (광화문 광장) est l’endroit qui tient le plus au coeur des citoyens coréens.

Le statut de l’amiral YI Sun-sin

Ils y rient ou pleurent pour partager ensemble leur joie ou leur colère. Quand la Corée du Sud a gagné des matchs de la Coupe du Monde de football en 2002, ils sont sortis ici pour soutenir l’équipe de football coréenne et pour calmer la folie venant de la joie.

En 2014 quand le naufrage du Sewol s’est déroulé dans la mer froide et surtout dans l’ignorance du gouvernement, les familles des victimes adolescents y ont installé des tentes et commémoré la mort de ses enfants innocents en demandant la vérité au gouverment.

Il y a trois ans, quand ils ont enfin réclamé la démission de l’ex-présidente PARK Geun-hye, c’était aussi ici qu’ils se sont rassemblés tous les samedis. Ils ont résisté contre les gaz lacrymogènes et le canon à eau et demandé la démocratie.

Tant de fois j’ai été tentée d’y être avec eux ! Mes larmes coulent sur ma joue.

 

 

L’axe économique 

L’autre axe est horizontal le long de la rue Jong-no (종로) actuelle. Il était commercialement signifiant. Des commerces s’y sont développés jusqu’à nos jours. Etant donné le monde qui y venait le matin et partait le soir, elle a été appelée Wunjong-ga qui signifie la rue où des gens viennent et se dispersent comme les nuages.

L’entrée de Pimatgol
(c) https://apprendrelecoreen.fr

Derrière Jong-no, il y a une longue ruelle étroite sous le nom de Pimatgol (피맛골). Plein de petits restaurants y sont installés. Voulez-vous que je vous raconte l’origine de cet espace et de son nom ? Okay. Maintenant quand le président du pays passe dans la rue, il nous serre les mains par dessus la ligne de sécurité. Mais autrefois quand le roi passait, le peuple était obligé de se prosterner jusqu’à ce qu’il soit parti. De plus il n’avait pas le droit de regarder le visage du roi qui est appelé Yong-an, le visage du dragon. Lors de chaque passage du roi ou du bureaucrate en chaise à porteur, le peuple devait rester prostré par terre.  Pour aider à votre compréhension, je vous montre l’extrait du drama  coréen ‘해를 품은 달 (La lune embrassant le Soleil)’. Regardez à partir de 30 secondes.

 

 

 

A cette époque le défilé était tellement long et avançait lentement puisqu’il n’y avait pas de moteur et la musique était super lente ! Alors des gens se sont échappés juste derrière la rue et ont pris un verre et des amuse-gueules jusqu’à ce qu’ils s’en aillent. C’est l’origine de Pimatgol : pi vient du verbe Pihada (피하다), qui signifie s’échapper, Ma, les chevaux, et Gol, une vallée ou un petit village. C’est-à-dire un petit village étroit pour s’échapper des chevaux.

Dans Jong-no il y a un lieu inscrit au patrimoin mondial de l’UNESCO : le santuaire de Jongmyo ou Jongmyo (종묘) en coréen. Selon le site de l’UNESCO, “Jongmyo, dédié aux ancêtres de la dynastie Joseon (1392-1910), est le plus ancien et le plus authentique des sanctuaires royaux confucéens conservés aujourd’hui”.

Voilà aujourd’hui je m’arrête ici. Dans le prochain article j’aborderai un sujet gourmand : que manger en Corée du Sud. Dans l’article suivant, je continuerai à vous présenter ma ville natale : que visiter à Séoul, partie 2.  A bientôt !

 

+ PS : L’article suivant – Que visiter à Séoul : 3 lieux historique en 1 journée ! 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

14 commentaires

      • Manon

        Je ne savais pas pour Séoul ! Ça me fait penser au Kazakhstan, leur capitale s’appelle Astana et “Astana” en Kazakh, c’est aussi capitale. 😄 Je n’irais pas en Corée pour ses gratte-ciels, beaucoup trop haut pour un petit être humain !
        Merci pour cet article, il y a plein de choses que j’ignorais !

  • Corinne vareille

    Merci bcp pour cet article très intéressant et instructif. Il permet de mieux comprendre et connaître la culture coréenne.
    Un grand merci pour vos article.
    Continuez !!! Ça donne envie de tout voir et explorer.

  • Jung

    Magnifique article ! Tu sais si bien mettre en valeur cette ville extraordinaire !
    Je me souviens bien du fleuve Han, la première fois où je suis retourné en Corée. C’était en 2007, j’avais 25 ans ^^
    Quand j’ai regardé sur une carte, je pensais mettre 15 minutes pour traverser le fleuve. On a mis 1 heure !!!
    C’est vrai que tout est beaucoup plus grand qu’à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.