fbpx
Le coréen,  Pour les débutants

Comment parler coréen sans peur ? – 3 anecdotes

Vous n’arrivez pas à parler coréen à cause de la peur de faire des fautes ? Je vous raconte deux histoires drôles venant de la mauvaise prononciation ou de la mauvaise écriture en coréen. Elles vont vous aider à oublier votre peur.

 

Crevettes, svp !

 

C’était pendant le suivi perso avec une élève de Bada de ma formation « Bonjour, la Corée ! ». Au milieu du cours en tête à tête, elle m’a demandé des crevettes : « 새우 주세요 ». Crevettes ?! Quelles crevettes ? Je n’ai pas de crevette, ma chérie !

“Donnez-moi des crevettes, svp!”

En réalité elle voulait dire « 세워주세요 » (Je veux descendre ici) expression utile pour descendre du taxi ou du bus. C’était le dernier cours de la journée et j’en ai six ce jour là. Mais grâce à l’éclat de rire, j’ai pu oublier la fatigue de la journée et finir la soirée en super forme comme le matin.

 

Ejaculation

 

L’autre fois j’étais avec un élève de Bada également pour son suivi perso. Au cours de la vérification de sa note, un mot directement lié à l’acte sexuel m’a sauté aux yeux. Pourtant je jure que je n’ai jamais enseigné ce genre de vocabulaire !  Mon élève était majeur, papa et avait une femme. Le mot qu’il a écrit était « 사정 »(éjaculation).

En réalité c’était une faute d’orthographe. Le bon mot était « 자정 »(minuit).

 

Cercueil

 

Moi-même j’ai fait le même genre d’erreur en parlant français. Il y a bien longtemps avant de me marier, je suis allée avec mon petit ami, qui est devenu mon mari plus tard, dans une ville balnéaire au sud-ouest de la France. La ville était entourée d’une forêt de pins. Pendant notre promenade, j’ai crié de joie : « Regarde le cercueil ! » Mon ami connaissait cette ville même depuis avant d’aller à l’école maternelle car il y avait passé chaque été. Pourtant il n’y avait pas de pompes funèbres là-bas. Il ne comprenait pas du tout mais m’a courtoisement demandé. « Quoi ? Qu’est-ce que tu as vu ? » J’ai répété « un cercueil » avec plein de joie sur le visage en plus !

Imaginez un écureuil à la place de la souris…

Enfin je me suis rendu compte que j’aurais dû prononcer « écureuil ». Cercueil et écureuil, ça se ressemble, non ? Pas du tout ?

 

Apprendre en riant

 

Avez-vous bien ri ? Je suis sûre que les deux élèves n’oublieront jamais les mots : crevette, descendez-moi, éjaculation et minuit en coréen. Moi non plus entre cercueil et écureuil. En plus nous avons appris d’autres mots qui ressemblent et qui risquent de faire mourir de rire.

Quand on apprend une langue étrangère, on fait beaucoup de fautes à cause de la prononciation ou du choix des mots. Certaines font rire les gens autour jusqu’à ce qu’ils aient les larmes aux yeux et mal au ventre. Cette réaction pourrait vous gêner. Ce n’est pas du tout exprès mais ça arrive. A cause de la peur de faire une faute parlez-vous timidement ? Arrêtez de penser à vos erreurs ou fautes mais faites focus sur ce que vous faites maintenant.

Pendant votre apprentissage du coréen ou d’une langue étrangère, vous allez faire plein de fautes. C’est tout à fait normal. Laissez tomber le fait de vouloir parler parfaitement sans faute. Acceptez-vous tel que vous êtes : un être imparfait.

 

Faites des fautes autant que vous pouvez,

faire rire votre interlocuteur et

riez de vos fautes avec indulgence pour vous-même !

Soyez généreux avec vos fautes.

Vous allez voir vos progrès dans la joie.

 

 

Si vous avez d’autres conseils pour convaincre la peur de parler, merci de partager dans un commentaire.

4 commentaires

  • Nathalie

    Bonjour Maya, cela me rappelle le coup de angry 😡 et hungry 🤤 lorsque j’apprenais l’anglais. Dire que l’on est fâché alors que l’on a faim peut créer des situations cocasses. Tu as raison il faut se lancer sans craindre d’être jugée.

  • FEUILLET Nadège

    Merci Maya pour cet article amusant, plein d’encouragement et d’optimisme. 🙂
    Il est vrai que commencer à parler dans une langue étrangère est stressant et cela dépend beaucoup de la confiance que l’on a en nous à la base d’une façon générale mais également de la confiance que l’on a ou non envers nos interlocuteurs….seront-ils capables d’indulgence ?
    En tout cas, tout comme toi et tes élèves, je me souviens encore d’une “grossièreté” que j’avais dite en espagnol sans le faire exprès, quand j’étais en fac, en faisant de la traduction à l’oral ; mes ami(e)s étaient très amusé(e)s, pas le lecteur espagnol (mais bon, ce pauvre garçon manquait cruellement d’humour, lol)…
    Tout ça pour dire, qu’en cas d’erreur, un petit sourire (voire une petite excuse) arrange bien les choses et que l’on s’en remet très bien :-))

    • Maya

      A cause de la faute de prononciation ou d’autres raisons, quand on entend des paroles avec un sens ou sans sens, ce n’est pas du tout pareil bien sûr. Pourtant il faudrait avoir l’indulgence quand les gens parlent une langue étrangère. Merci beaucoup de partager tes épisodes ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *